Historique

De nombreuses initiatives, diverses mais convergentes, ont permis de mettre en place des actions de prévention du suicide au sein du Département de Psychiatrie du CHUV. A la fin du siècle dernier, la création des urgences psychiatriques ou encore celle d’unités de soins pour adolescentes et adolescents en sont les premiers exemples. Sur le plan organisationnel, les réflexions autour des suicides de patient∙e∙s ont débouché sur la création d’une commission de révision des pratiques cliniques, qui, encore aujourd’hui, édicte des recommandations.

Enfin, des professionnel∙le∙s se sont intéressé∙e∙s à cette problématique au travers de projets cliniques et de recherche afin d’améliorer la prise en charge de patient∙e∙s suicidaires et des suicidant∙e∙s.

En 2003, le canton de Vaud a défini la santé mentale comme l’une des priorités de santé publique. Le Service de la Santé Publique et les institutions psychiatriques ont élaboré un plan d’action en santé mentale qui visait à maintenir et améliorer l’état de santé psychique de la population et à garantir un accès équitable aux soins. Cinq programmes prioritaires ont été retenus, dont un programme « lutte contre les conduites suicidaires », comprenant quatre axes :

  • Surveillance du traitement de l’information sur le suicide dans les médias, sensibilisation des journalistes
  • Formation des professionnel∙le∙s de première ligne
  • Renforcement de la prise en charge en milieu somatique des personnes ayant tenté de se suicider
  • Amélioration de l’orientation téléphonique des urgences psychiatriques

La mise en œuvre de ce programme a été confiée à un groupe composé de professionnel∙le∙s impliqué∙e∙s dans le domaine du suicide des institutions psychiatriques publiques vaudoises (Département de Psychiatrie CHUV et Fondation de Nant).

Ce premier groupement professionnel s’agrandit par la suite pour devenir le Groupe Romand Prévention Suicide.

En 2013, le canton de Neuchâtel se dote également d’un plan de santé mentale avec un accent particulier en faveur de la prévention du suicide et de l’accessibilité aux soins. A ce titre, le canton de Neuchâtel intègre le groupe en 2014 par le biais du Centre neuchâtelois de Psychiatrie (CNP).

Par la suite, le Valais (2015), Fribourg (2015), Genève (2016) et le Jura bernois (2017) rejoignent le Groupe Romand Prévention Suicide.